Boisseau-Pomez
Maison de ventes aux enchères
• depuis 1962 •

Thierry POMEZ
Philippe BOISSEAU - Léonard POMEZ

Commissaires-priseurs

Auction action outside Paris with Old Masters and tribal art bringing demand

Lundi 15 Juin 2020 à 08h
The Hotel des Ventes de Troyes (24% buyer’s premium), which is part of the Ivoire group, held a sale on May 28 with just four people in the room but 885 registered online.

Highlights included a portrait by the French Old Master Joseph Marie Vien (1716-1809) of his son Jean-Marie which was pre-empted by the Musée Fabre in Montpellier, the town of his birth.

The hitherto unpublished painting was known through a pastel by or after Vien that is now in the Musée des Beaux Arts in Beziers, The 18 x 14¾in (46 x 37.5cm) oil on canvas sold for €18,000 (£16,363) against predictions of €8000-12,000.

The sale also featured a Polynesian wooden club from the Marquesas islands.

The 4ft 10in (1.45m) long club from the early 20th century had been polished with sharkskin after immersion in taro and coconut oil to give a hardened patina resembling lacquer. It ended up selling for €21,200 (£19,270), three times the estimate.

Anne CRANE

Published in the Antiques Trade Gazette, International, n°2447 of Saturday 20 June 2020




=====================================Translated===============================================


L'hôtel des Ventes de Troyes (24% de frais d'achat), qui fait partie du groupe Ivoire, a organisé une vente le 28 mai avec seulement quatre personnes dans la salle mais 885 personnes se sont inscrites en ligne.

Parmi les points forts de la vente, on peut citer le portrait de son fils, Jean-Marie, par le vieux maître français Joseph Marie Vien (1716-1809), qui a été préempté par le musée Fabre de Montpellier, sa ville natale.

Le tableau, jusqu'alors inédit, était connu grâce à un pastel de ou après Vien qui se trouve maintenant au Musée des Beaux Arts de Béziers, Le 18 x 14¾in (46 x 37,5cm) huile sur toile vendu pour 18 000 € (16 363 £) contre une estimation de 8 000-12 000 €.

La vente a également présenté une massue en bois polynésien des îles Marquises.

Cette massue de 1,45 m de long, datant du début du XXe siècle, avait été poli avec de la peau de requin après avoir été immergé dans du taro et de l'huile de coco pour lui donner une patine durcie ressemblant à de la laque. Il a fini par se vendre 21 200 € (19 270 £), soit trois fois plus que l'estimation.

Anne CRANE

Paru dans l'Antiques Trade Gazette, International, n°2447 du Samedi 20 Juin 2020