MOBILIER & OBJETS D'ART

Samedi 28 Septembre 2019 à 14h

Lot 334
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge et l'Enfant, Saint-Bernardin, Saint-Antoine-de-Padoue, huit...

NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...
NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge...

NARDINI Girolamo (Sant'Angelo in Vado (Marches) 1497-1518) : La Vierge et l'Enfant, Saint-Bernardin, Saint-Antoine-de-Padoue, huit anges et des Séraphins. Tableau d'autel signé et daté 1510. H. 163cm ; L. 151cm panneau seul. Panneau coupé dans la partie supérieure et constitué de quatre planches au fil vertical assemblées à joints vifs et maintenues au revers par un parquetage en bois fixe entouré d'un cadre renaissance ancien mais non d'origine.
Surface picturale : restauration ; fond or et auréoles gravées et poinçonnées : d'origine
PROVENANCE : Eglise San Francesco, Gubbio (Ombrie), Collection Ranghiasci Brancaleoni, Ombrie; sa vente Gubbio, Pérouse 12-20 Avril 1882, lot 355, Collection Barbi, Gubbio, Collection Leo Nardus (1868-1955) Paris, Collection Stora, Paris octobre 1936, Vente Paris Galerie Charpentier, 15 Juin 1954, lot 70, pl.XXVIII (non vendu), Vente Paris Galerie Charpentier, 3 Décembre 1959, lot 61, repr. (700.000francs), Vente Paris, Palais Galliera, 16 Juin 1961, lot 29
BIBLIOGRAPHIE : R.Van Marle, The development of the Italian schools of painting, vol. XV, La Haye 1934, p. 187 (indique la date de 1500 au lieu de 1510). Fondazione Zeri , Fototeca, n°20553. C. Bonita, I Nardini, una disnastia di pittori tra Marche, Umbria e Roma, Macerata Feltria 2017, p.103-109, figs. 1-3 (avec bibliographie antérieure)
INSCRIPTIONS : En lettres gothiques, Cartouche central aux pieds de la Vierge. Ut Folium mea vita tremiti feriente porcella. Tu regeres nisi ceca tuo vestigia filo, Carcere complicerer certo. Ceu musca liquore
( Comme l'insecte sur la feuille , j'ai craint que dans ma vie tu ne me diriges pas dans le chemin obscur où sans ton fil tu me maintiendras sûrement prisonnier, comme la mouche dans l'alcool). MDX Hierony' Nardin'
(1510 Hieronymus Nardini). Cartouche de gauche sous saint Bernardin : Qui rides venerande senex :e
Tua Diva creatrix. Assumpta est. Volueri ludis et alme puer. (Ta déesse mère est montée au ciel, vieillard tu lui souris, enfant tu aurais voulu qu'elle joue et te nourrisse). Cartouche de droite sous saint Antoine. Dixi non ne ego verus Dives excors. Hoc cor in loculis orat nefandis
Disce cor locuplex Deo dicare.
(N'ai-je pas affirmé que j'étais un riche opulent et insensé, ce coeur impie prie dans un lieu où règne le mal, instruit,il se consacrera à Dieu) allusion à la scène de la vie de saint Antoine de Padoue prêchant devant le coeur d'un usurier.

Le panneau sectionné dans la partie supérieure ne laisse apercevoir que les mains de l'ange disparu qui couronne la Vierge. Les personnages tous auréolés se découpent sur un fond d'or gravé de motifs décoratifs. La Vierge assise sur un nuage cerné d'une mandorle de séraphins et d'anges occupe le centre de la composition dominant un sol fleuri où trône un vase marqué de la lettre B et contenant un lys.
L'Enfant assis sur son genou droit retient prisonnier un oiseau au moyen d'un fil entremêlé à la longue ceinture rouge de la Vierge où s'accrochent à mi-parcours un oeillet et une double cerise pour aboutir au cartouche central où l'artiste a représenté une mouche. Les deux saints en pied se tiennent de part et d'autre du groupe central chacun exhibant son emblème. Le Chrisme de saint Bernardin et le coeur, non pas stylisé comme habituellement mais véritable organe d'un écorché.
Les didascalies inscrites au bas du tableau sont autant de préceptes adressés au fidèle pour soutenir sa foi. L'artiste les a concrétisés visuellement et interprétés à la lettre, donnant ici sa véritable signification à la peinture plus apte que tout discours à frapper son imagination.
Pour aérer cette composition fortement centralisée, Girolamo Nardini adopte un canon extrêmement étiré pour les saints, créant ainsi une image impressionnante adoucie cependant par les expressions souriantes des angelots.
Girolamo appartient à une fraterie de trois peintres, Dionisio, Giacomo et Girolamo qui signèrent ensemble une Vierge de Miséricorde à Cupramontana (près d'Ancône) où l'on apprend qu'ils sont originaires de Sant'Angelo in Vado. Leur activité commune ou individuelle s'étend de 1490 à 1530. Girolamo est auteur de plusieurs oeuvres peintes sur bois ou à fresque dans la région des Marches, en Ombrie ou à Rome.
C. Bonita (op.cit.) a retracé l'historique de notre tableau sans doute commandé par l'un des membres de la famille Gabrielli, mentionné dans l'église franciscaine de Gubbio et décrit au début du XIXe siècle par le père Bonaventura Bartolomasi. Girolamo a également peint vers 1512 un autre grand retable pour l'église San Giovanni de Cingoli (actuellement à Cingoli, Pinacoteca Stefanucci) représentant la Vierge et l'Enfant couronnée par deux anges et accostée de saint Jean Baptiste et saint Esuperanzio (saint protecteur de Cigoli) qui initialement comportait une lunette avec un Christ de Pitié assisté de deux anges (Atene, Pinacoteca Nazionale, cf.Bonita figs 5,8) ; on y remarque de même une mouche sur le cartouche placé au pied du trône de la Madone (Bonita, fig.6) ; ces similitudes pourraient militer en faveur d'une composition plus importante de notre tableau comportant peut-être également une lunette actuellement disparue.

Estimation : 12 000 € à 15 000 €
Adjugé : 48 000 €

Hôtel des ventes
1, rue de la Paix
10000 Troyes
Téléphone : 03 25 73 34 07
Fax : 03 25 73 14 39
contact@boisseau-pomez.com